intégrer la glycémie postprandiale

A côté de la glycémie à jeun et de l’hémoglobine glycosylée, la glycémie postprandiale (Gpp) constitue un troisième paramètre glycémique important pour amener un patient diabétique de type 2 à l’objectif. Dans le passé, la Gpp a été critiquée et délaissée, entre autres à cause de problèmes pratiques de mesure. Mais les nouvelles recommandations l’intègrent de plus en plus.

Comment intégrer la glycémie postprandiale dans la prise en charge du diabète de type 2, dans la pratique courante du médecin généraliste ? Comment la mesurer ? Quels choix thérapeutiques en découlent ? Nous avons permis à des groupes d’endocrinologues et de médecins généralistes de se concerter autour de ces questions, avec l’éclairage d’un expert diabétologue associé au débat.

 

organisation-change-reorganisation